facebook twitter youtube
by Charlotte - no comments
Police fédérale, los Angeles

Le nom de William Friedkin est déjà un label de qualité et d’efficacité au générique d’un film : «French connection», «L’exorciste», «Le convoi de la peur» ou encore «Cruising, la chasse». Friedkin semble l’homme des scènes d’action toniques et des effets-chocs… un cinéaste du rythme et de la tension, spécialiste d’un stress plus visuel qu’émotionnel.Police fédérale, los Angeles 111e prouve une nouvelle fois avec ce «Police fédérale, Los Angeles» où deux flics traquent un faussaire meurtrier et sans scrupules, quitte à basculer de l’autre côté de la loi.., juste dans le meurtre ! Bien sûr, la chasse à l’homme ne se déroule pas sans violence sanglante, coups de feu, poursuites automobiles et tôles froissées. Friedkin connaît ses classiques ! Mais, ici, il a voulu aller encore plus loin, en donnant à son film une mesure d’avance sur le public et en lui insufflant un rythme d’enfer. Friedkin veut surprendre, en détournant à son profit les pièges d’une nouvelle forme de cinéma d’action qui ne se laisse plus le temps de s’installer et joue la carte de l’ellipse et du rythme rock. De l’influence du vidéo-clip sur le polar…

La femme secrète

Antoine (Jacques Bonnafé), qui travaille sous l’océan, apprend que sa femme Hélène est morte dans un accident de voiture. Rentré à Paris, il découvre que celle-ci trempait dans des trafics dont il ignorait tout. Des individus tentent de le cambrioler. Par eux, il rencontre la belle Camille Allighieri (Clémentine Célarié) avec la complicité d’Hélène, à l’aide des codes informatiques, elle a détourné 2 millions de francs à coups de centimes, dans la banque où elle occupe un poste de confiance.La femme secrète Cette intrigue policière se superpose à la quête d’Antoine, qui cherche à découvrir la vraie personnalité d’Hélène qu’il a mal connue, que nous ne verrons jamais. Sébastien Grall parvient à traiter les deux sujets, et si Jacques Bonnafé n’est pas toujours convaincant dans un rôle qui aurait demandé davantage d’épaisseur, on est surpris et conquis par la personnalité de Clémentine Célarié, qui donne une nouvelle facette de son talent dans le registre dramatique où on ne l’attendait pas…

Laisser un commentaire